Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:00

Il y a quelques temps "Quichottine" en parlait, son article était si attrayant que ...

Je l'ai acheté

Papilio-de-Quichottine-et-Davy-2012.JPG

 

Qu'en dire sans révéler le contenu, mais en vous mettant l'eau à la bouche ...

 

  PAPILIO-de-Quichottine-et-Davy-2012--2-.JPG

 

Papilio adore les contes de fées ... il aurait aimé entendre ou vivre de belles histoires ... Mais personne ne lui raconté ou fait vivre de belles aventures ... 

 

  PAPILIO-de-Quichottine-et-Davy-2012--3-.JPG 

 

Il s'est donc, peut-être un peu trop aux dires de certains, plongé dans les livres ... Et puis un jour ...

 Vous aimeriez savoir la suite ... et bien demandez à Quichottine

  

 http://quichottine.blogspot.fr
http://quichottine2.blogspot.fr/

 

    Je me suis régalée

signature Tit'Anik 

 

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:00

Expressions Latine

 

Avoir les mêmes désirs, les mêmes aversions, c'est en eux précisement que réside une solide amitié

Conjuration de Catalina chap. XX

 

Puisque mes ennemis me cernent pour me précipiter dans l'âbime, j'éteindrai sous les ruines l'incendie qui me menace

Id. chap. XXXI

 

Ceux qui se signalaient le plus par leur mauvaise coduite et leur cynisme, affluaient tous à Rome comme dans un égout

Id. chap. XXXVII

 

C'est dans la plus grande fortune qu'on a le moins de liberté : elle interdit la partialité, la haine, et surtout la colère.

Id. chap. LI

 

 

Salluste

Description de cette image, également commentée ci-après

Salluste, Caius Sallustius Crispus, 1er octobre -86 à Amiternum - 13 mai -35), est un homme politique, militaire et historien romain.

Salluste est l’auteur de trois grands ouvrages, dont seulement deux nous sont parvenus entièrement.

  • Les Histoires sont très incomplètes. Elles traitent de l’histoire de Rome entre la mort de Sylla (-78) et la victoire de Pompée contre les pirates (-67). Elles ont toutefois fait l'objet d'un très important travail de reconstitution de la part de Charles de Brosses, Premier président du parlement de Bourgogne, publié en 1777 chez Frantin à Dijon sous le titre Histoire de la République romaine dans le cours du VIIè siècle, par Salluste, en partie traduite du latin sur l'original, en partie rétablie & composée sur les fragments qui sont restés de ses livres perdus, remis en ordre dans leur place véritable ou le plus vraisemblable.
  • L'œuvre de Salluste marque un progrès par rapport à ses prédécesseurs, les annalistes, tant pour la force narrative que pour la méthode historique : il s'efforce d'expliquer les causes des événements politiques et les motivations des acteurs de l'histoire. Il a certes ses faiblesses : la chronologie et la géographie sont imprécises et souvent fautives ; il n'est pas impartial : il prend parti pour les populares aux dépens des nobiles. Il est cependant capable de reconnaître les mérites de ses adversaires et les défauts de ses amis. Ses personnages sont peints avec force, tout particulièrement Jugurtha et Catilina, Marius et Sylla.

    Les critiques antiques ont relevé les caractéristiques de son style : l'usage des archaïsmes et des néologismes, une concision proche de l'obscurité, des tournures grecques. Il a influencé les historiens postérieurs, notamment Tacite.

 

signature Tit'Anik

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 10:50

Chez PAPY LULU, le père de Mac Giver, j'ai découvert dans ses affaires, une "encyclopédie des citations", une vraie mine d'or.

 

En voici : d'Alexandre S. Pouchkine (1799-1837)

 

À la mer

Adieu donc, ô mer. Mais je n'oublierais

Jamais ta majesté ni tes splendeurs,

Et longtemps, longtemps en moi j'entendrais

Ton sourd bruissement aux heures du soir,

Et par les bois, les steppes solitaires

Je me souviendrais, le oeur plein de toi,

de ton éclat, de tes rocs, de tes baies,

De ton ombre et des propos de tes flots.

 

Réveil

Au loin les rêves

D'amour, en foule !

L'âme encor pleine

De nostalgie

Poursuit des songes

L'image éteinte.

Amour, amour,

Entends ma voix,

Et me renvoie

Tes visons ;

Puis fait qu'au soir,

Ivre à nouveau,

J'entre en un songe

sans nul réveil.

(traduction J. David)

 

signature Tit'Anik

 

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 15:20

Depuis 3 jours le mauvais temps est sur nous, il fait froid, et le travail au jardin est pénible, travailler la terre les doigts gelés c'est pas agréable

Alors je vous offre un joli pied de nez au printemps qui voudrait bien venir mais ne parvient pas à s'installer

 

J'ai descendu dans mon jardin (bis)
Pour y cueillir du romarin
Gentil coquelicot, Mesdames
Gentil coquelicot nouveau
J'n'en avais pas cueilli trois brins (bis)
Qu'un rossignol vint sur ma main
Gentil coquelicot, Mesdames
Gentil coquelicot
Il me dit trois mots en latin (bis)
Que les hommes ne valent rien
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot
Que les hommes ne valent rien (bis)
Et les garçons encore moins bien
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot
Des dames, il ne me dit rien (bis)
Mais des d'moiselles beaucoup de bien
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot

http://www.momes.net/comptines/vent/jai-descendu-dans-mon-jardin.html

 

signature Tit'Anik

t

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:00

Vous connaissez tous ce merveilleux poème, j'avais envie de le diffuser encore, c'est si beau

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8e/MotherTeresa_090.jpg/250px-MotherTeresa_090.jpg 

 

Mère Teresa, de son nom patronymique Anjezë Gonxhe Bojaxhiu ([aɲɛzə gonˈʤe bɔˈjaʤi:u]), née en 1910 à Uskub, Empire ottoman (actuellement Skopje, Macédoine), et morte le 5 septembre 1997 à Calcutta, Inde, est une religieuse catholique albanaise, de nationalité indienne, surtout connue pour son action personnelle caritative et la fondation d'une congrégation de religieuses, les Missionnaires de la Charité qui l'accompagnent et suivent son exemple.

En 1949 elle s'engage auprès des plus pauvres, et fonde sa congrégation en 1950 ; son œuvre auprès des plus démunis commence par l'éducation des enfants des rues et l'ouverture du mouroir de Kalighat (Nirmal Hriday) à Calcutta. Pendant plus de 40 ans, elle consacre sa vie aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et aux mourants, d'abord en Inde puis dans d'autres pays, et elle guide le développement des Missionnaires de la Charité. Au moment de sa mort, ceux-ci s'occupent de 610 missions, dans 123 pays, incluant des soupes populaires, des centres d'aide familiale, des orphelinats, des écoles, des hospices et des maisons d'accueil pour les personnes atteintes de maladies comme la lèpre, le sida ou la tuberculose.

Perçue comme un modèle de bonté et d'altruisme, elle est régulièrement évoquée dans la presse indienne et occidentale pendant la deuxième moitié du XXe siècle.

Mère Teresa est béatifiée le 19 octobre 2003, à Rome par le pape Jean-Paul II.

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8re_Teresa

 

La vie est une chance, saisis la.
La vie est beauté, admire la.
La vie est béatitude, savoure la.

La vie est un rêve, fais en une réalité.
La vie est un défi, fais lui face.
La vie est un devoir, accomplis le.
La vie est un jeu, joue le.
La vie est précieuse, prends en soin.
La vie est une richesse, conserve la.

La vie est amour, jouis en.
La vie est mystère, perce le.
La vie est promesse, remplis la.
La vie est tristesse, surmonte la.
La vie est un hymne, chante le.
La vie est un combat, accepte le.
La vie est une tragédie, prends la à bras le corps.
La vie est une aventure, ose la.
La vie est bonheur, mérite le.
La vie est la vie, défends la.

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:00

Une petite pensée que j'ai trouvée chez " .-~*'SONIA 972'*~-. "

Je la trouve si juste que je n'ai pu m'empècher de vous la communiquer

Si vous ne connaissez pas " .-~*'SONIA'*~-. ", allez voir son blog, elle nous fait visiter sa région, à travers des reportages, des visites, des manifestations, et la cuisine régionale. C'est vraiment superbe, un vrai rayon de soleil venu tout droit de la Martinique.

 

 

Si quelqu'un ne te sourit pas,


Sois généreux et offre lui ton sourire,


Car nul n'a autant besoin d'un sourire, 


Que celui qui ne peut en donner aux autres.


http://sonya972.over-blog.fr

 

 

http://chezmanima.c.h.pic.centerblog.net/484b32f7.gif

 

http://chezmanima.c.h.pic.centerblog.net/484b32f7.gif

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 21:40

LE CERF SE VOYANT DANS L'EAU.

Dans le cristal d'une fontaine
Un cerf se mirant autrefois
Louait la beauté de son bois,
Et ne pouvait qu'avecque peine
Souffrir ses jambes de fuseaux,
Dont il voyait l'objet se perdre dans les eaux.
" Quelle proportion de mes pieds à ma tête ?
Disait-il en voyant leur ombre avec douleur :
Des taillis les plus hauts mon front atteint le faîte ;
Mes pieds ne me font point d'honneur. "
Tout en parlant de la sorte,
Un limier le fait partir.
Il tâche à se garantir ;
Dans les forêts il s'emporte.
Son bois, dommageable ornement,
L'arrêtant à chaque moment,
Nuit à l'office que lui rendent
Ses pieds, de qui ses jours dépendent.
Il se dédit alors, et maudit les présents
Que le ciel lui fait tous les ans.

Nous faisons cas du beau, nous méprisons l'utile ;
Et le beau souvent nous détruit.
Ce cerf blâme ses pieds, qui le rendent agile ;
Il estime un bois qui lui nuit.

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 09:00

 

 

 

 

JEAN DE LA FONTAINE
Château-Thierry 1621 - Paris 1695

 

 

 

 

 

LE CERF SE VOYANT DANS L'EAU.

Dans le cristal d'une fontaine
Un cerf se mirant autrefois
Louait la beauté de son bois,
Et ne pouvait qu'avecque peine
Souffrir ses jambes de fuseaux,
Dont il voyait l'objet se perdre dans les eaux.
" Quelle proportion de mes pieds à ma tête ?
Disait-il en voyant leur ombre avec douleur :
Des taillis les plus hauts mon front atteint le faîte ;
Mes pieds ne me font point d'honneur. "
Tout en parlant de la sorte,
Un limier le fait partir.
Il tâche à se garantir ;
Dans les forêts il s'emporte.
Son bois, dommageable ornement,
L'arrêtant à chaque moment,
Nuit à l'office que lui rendent
Ses pieds, de qui ses jours dépendent.
Il se dédit alors, et maudit les présents
Que le ciel lui fait tous les ans.

Nous faisons cas du beau, nous méprisons l'utile ;
Et le beau souvent nous détruit.
Ce cerf blâme ses pieds, qui le rendent agile ;
Il estime un bois qui lui nuit.

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 09:37

http://st.lettres-persiennes.net/img/Jean_de_La_Fontaine.jpg

 

Jean De La Fontaine (1621/1695)

 

Fabuliste, moraliste, ses Fables, à but pédagogique, sont d'une sagesse proverbiale.

 

Les Fables de La Fontaine sur Lettres Persiennes

 http://www.lettres-persiennes.net/

 

Les Fables de La Fontaine, sont connues de tous, ou au moins, quelques-unes. Ce sont ces fables, les plus célèbres me semble-t'il, qui sont présentées ici. Votre libraire est votre ami : pour en lire davantage, n'hésitez pas à vous procurer un recueil : nombreux sont ceux qui proposent analyses et commentaires, pourquoi s'en priver !

Les enfants trouveront ici les fables qu'ils apprennent en classe, et pour celui ou celle qui a oublié à l'école son cahier de poésie, plus d'excuse pour ne pas réviser. Quant à nous…
Qu'il est agréable, à la lecture des premiers vers, de voir ressurgir de sa mémoire des rimes que l'on croyait oubliées, n'est-ce pas ? Essayez, vous verrez…


Naissance de la rumeur orale, qui croît et se multiplie sans peine! J'ai beaucoup aimé cette fable aussi je vous l'offre en partage ...

 

Les femmes et le secret

 

Rien ne pèse tant qu'un secret :
Le porter loin est difficile aux Dames :
Et je sais même sur ce fait
Bon nombre d'hommes qui sont femmes.
Pour éprouver la sienne un Mari s'écria
La nuit étant près d'elle : Ô Dieux ! qu'est-ce cela ?
Je n'en puis plus; on me déchire;
Quoi j'accouche d'un oeuf! - D'un oeuf ? - Oui, le voilà
Frais et nouveau pondu. Gardez bien de le dire :
On m'appellerait poule. Enfin n'en parlez pas.
La femme neuve sur ce cas,
Ainsi que sur mainte autre affaire,
Crut la chose, et promit ses grands dieux de se taire.
Mais ce serment s'évanouit
Avec les ombres de la nuit.
L'épouse indiscrète et peu fine,
Sort du lit quand le jour fut à peine levé :
Et de courir chez sa voisine.
Ma commère, dit-elle, un cas est arrivé :
N'en dites rien surtout, car vous me feriez battre.
Mon mari vient de pondre un oeuf gros comme quatre.
Au nom de Dieu gardez-vous bien
D'aller publier ce mystère.
- Vous moquez-vous ? dit l'autre : Ah ! vous ne savez guère
Quelle je suis. Allez, ne craignez rien.
La femme du pondeur s'en retourne chez elle.
L'autre grille déjà de conter la nouvelle :
Elle va la répandre en plus de dix endroits.
Au lieu d'un oeuf elle en dit trois.
Ce n'est pas encor tout, car une autre commère
En dit quatre, et raconte à l'oreille le fait,
Précaution peu nécessaire,
Car ce n'était plus un secret.
Comme le nombre d'oeufs, grâce à la renommée,
De bouche en bouche allait croissant,
Avant la fin de la journée
Ils se montaient à plus d'un cent.

 

Jean de La Fontaine, Fable VI, Livre VIII

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 11:00

J’ai un petit boulot peinard,
Je dors bien, je me lève tard,
Pas de rendement, pas d’horaire,
Pas de patron, pas d’actionnaires.

Je prêche à tort et à travers
Des couplets plus ou moins pervers,
Sans risque de me faire saquer,
Je suis l’Imam de la mosquée !
 
 Pas besoin d’aller au turbin,
J’ai une douzaine de bambins
Et tous les mois, grâce aux fistons,
J’encaisse les allocations.

J’suis un seigneur, j’suis un Imam,
J’ai le droit d’être polygame.
Et tous les soirs à la casbah
Je hisse les voiles sur le grand mat.

On me laisse faire mon p’tit biz’ness
Un’ femme et deux ou trois maîtresses.
Ici c’est cool, c’est le bonheur,
’ai le beurre et l’argent du beur !
 
J’suis un barbu, j’suis un notable,
Un protégé, un intouchable.
Et j’appelle mon avocat,
Dès qu’on pince mes femmes en burqa.

Pendant que les Français turbinent
Pour nourrir toutes mes concubines,
Moi, je m’ promène en djellaba
La France, c’est plus beau qu’là-bas !!!...

http://photos.last-video.com/wp-content/uploads/2010/02/femme-burqa-france.jpeg

cgr 2010

Repost 0
Published by Tit'Anik - dans Poèmes recopiés
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Le Monde Libre de FranciAniPat.over-blog.com
  • Le Monde Libre de FranciAniPat.over-blog.com
  • : Retraitée et mariée, j'aime les loisirs créatifs, je suis une crucifiliste et je réalise des représentations sur verre, je préfère la variété française, JE NE SUPPORTE PAS LES MENSONGES, LA MÉDISANCE ET L'HYPOCRISIE.
  • Contact

Profil

  • Tit'Anik
  • On m'appèle Tit'Anik, joli surnom donné par ma toute petite nièce et repris en gentille moquerie par les grands. Je change cette année le chiffre des dizaines. ou ! la ! la ! Me voilà sénior
  • On m'appèle Tit'Anik, joli surnom donné par ma toute petite nièce et repris en gentille moquerie par les grands. Je change cette année le chiffre des dizaines. ou ! la ! la ! Me voilà sénior

Compteur de Fleurs

 

Le 400ème Fleur à été déposé par Mamie Danie

Merci de votre amitié

 

Aujourd'hui

628 Fleurs 


Recherche