Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 09:00

Je vais certainement être hors sujet, mais pour moi,

mon HÉROS c'est LUI, Mon PAPA

Ce ne sont pas des vers, mais une simple prose, un cri du coeur ...

Voici la lettre que je lui écrivais, le jour où il nous quittait,

cette dernière lettre écrite à mon HÉROS

  Copie-de-Pape.jpg

À mon cher PAPA

Si ma mémoire est exacte, tu es parti pour l'Afrique en 1949 pour y exercer ton métier d'avocat.

En 1956 à Édéa, tu épousais ta cliente, ma Maman. Cette très belle jeune femme était accompagnée d'une enfant de 6 ans, perturbée, capricieuse, renfrognée, rebelle, secrète. Tu n'as pas hésité à me prendre sous ton aile, tu m'as choyée, élevé, façonnée et tu m'as donné une soeur. Avec Maman, tu as fais de nous des femmes qui ont pu en toute sérénité s'installer dans la vie. Bien sûr, je n'ai pas souvent donné signe de vie, mais tu étais toujours présent dans mon coeur. Tu m'as cependant aidée à maintes reprises.

En 1993, je t'ai lancé un appel au secours, tu n'as pas hésite seconde à venir me retrouver, et devant les hommes de lois avec l'accord de Maman et ma Soeur, tu m'as donné ton NOM. Quel bonheur, c'est le plus merveilleux cadeau que tu m'as fait. Bien sûr cette adoption a pu paraître désuète ou déplacée pour certains, pensez donc à mon âge ! !

Mais pour moi, ce nom avait une importance capitale et c'est avec une extrême reconnaissance et une immense fierté que je prononce : Annick Tonanti-Bacci.

Aujourd'hui encore, je te remercie mon PAPA, Je t'Aime.

13 août 2006                                                                                                        A.T.B.

Copyright © 2006 - Tonanti-Bacci - "Mirages" - Tous droits réservés 

 

signature Tit'Anik

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 07:45

le-defi.jpg

       C'est un petit lieu qui ne paye pas de mine (un banc publique, une ruelle, une place, un arrêt de bus, etc...), un endroit qui ne vaut pas le détour sauf pour vous. Décrivez ce lieu et racontez pourquoi il vous plaît (ou déplaît) autant...

Publiez votre participation le Lundi 05 Novembre pour Les Croqueurs de mots d'Over Blog

 

Pour moi, ce sera un petit village de mon enfance

 

CASTELLAR

C'est un petit village perché au sommet d'un rocher

Accroché entre ciel et mer, avec ses jardins en espalliers

Souvenir d'enfance où nous nous gavions dans les figuiers

TUrbulentes enfants, nous courrions dans les ruelles enclavées.

Été après étés, nous retournions dans cet endroit riant,

Les hommes se rassemblaient autour d'une partie de boules

Les femmes se retrouvaient au lavoir qui sentait la farigoule

Autour d'un grand ormeau nous partagions de bons moments.

Reminiscences dont je conserve la saveur des figues et la douce chaleur du soleil.

23 XII 2008                                              atb-d

Petit clin d'oeil à ce petit village où j'ai tué mon ennui en criant dans les ruelles, courant à perdre haleine. M^chonnant une herbe, je m'exposais au soleil, avant de rentrer dans une maison où Maman et moi étions tout juste acceptée. Et je m'endormais, épuisée, attendant le lendemain pour m'échapper à nouveau.

          Copyright © 2008 - Dugourd-Tonanti - "Mirages" - Tous droits réservés

          

Panorama di Castellar - Provenza

http://www.panoramio.com/photo/18761577

La route d'accès ne va pas plus loin       

 

http://mw2.google.com/mw-panoramio/photos/medium/18761488.jpg

Une ruelle, pour passer à une autre, on passe pardessous une maison, curieux

 

Pour Tricôtine et les Croquers de Mots d'OB

  signature Tit'Anik

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 14:45

 

Jeudi en poésie du 23 février :

chanson !

les paroles d'une chanson que vous aimez beaucoup

accompagnée de la musique ou d'une vidéo, si possible, d'une belle illustration éventuellement

Ou :

une chanson de votre composition

Ou :

un pastiche, des paroles à vous sur une chanson connue

 

&&&& &&&& &&&& &&&&


Je n'avais pu y participer à temps, à cause d'une fichue grippe

Aujourd'hui j'ai retrouvé mes esprits

Voici donc mes élucubrations, dans un moment de ras le bol, que nous traversons toutes plus ou moins un jour

Soyez indulgent, cela ne m'avantage pas vraiment,

 

Je M'laisses Aller 

 

 

Ce qu'on est drôles à regarder

2008.05.06-08.47.JPG

 

T'es là, t'attends, tu fais la tête

Moi j'ai besoin d'un appui-tête

On ne prend plus le temps de se parler

Je me demande chaque jour,

Pourquoi, je subis ton sale caractère,

Je me suis laissé faire la cour,

Et veux t'aliéner ma vie entière ?

 

Pour les amis, tu es aux petits soins

Tu te rases, tu t'arrange, tu divertis

Tu joues l'homme comblé, ravi

Sans comprendre que tu exagères

À l'instar,  j'ai aussi des besoins

Mais après deux ou trois calembours

Nos face à face tournent court

Et là tu vois, tu m'exaspères.

 

Dieu que j'ai changé en quatorze ans,

je le constate, hélas, actuellement,

Je n'ai même plus envie de rigoler.

Quand parfois, tu me fais la cour,

Que tu murmure en souriant,

Ta maladresse et tes penchants

Font que j'ai peur de faire l'amour

Je m'laisses aller, Je m'laisses aller.


Ah ! Je suis belle à regarder

Mes pieds nus dans mes chaussures

Et mon vieux pyjama mal taillé

Mes cheveux lâchés, quelle allure

Je n'ai même plus envie de plaire,

Comme ça je ressemble à une mégère

Qui n'a rien pour inspirer l'amour

Et tout juste bon  pour balayer sa cour


Pourtant je pense bien souvent

Que malgré tout je suis ta femme

Et pour ne pas avoir de blâme

 Je veux bien faire un effort

Je m'arrange devant ma glace

J'accroche un sourire à ma face

Maquille mon cœur et mon corps

Mais tu ne vois rien généralement

 

Au lieu de prendre des airs anodins

Essaie de te montrer câlin

Redeviens l'amant attentionné

Qui m'a donné tant de bonheur

Et parfois comme par le passé

J'aimerais que tout contre ton cœur

Je m'laisses aller, Je m'laisses aller,

Je m'laisses aller, Je me laisses aller ...

 

29 X 2008                                               atb-d

 

Copyright ©  2008 - Dugourd-Tonanti - "Mirages" - Tous droits réservés

Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 09:00

Oui je sais ! Je retarde d'une semaine, mais tant pis, je participe quand même. Na !

 

Fenêtre Ouverte

 

C'est l'été, le soleil cogne aujourd'hui, il fait très chaud.
Le repas terminé, je m'accorde un petit roupillon,
Je m'allonge sur le lit, fenêtre ouverte , volet mis clos,
Un petit repos avec le ventilateur du plafond en action.

Je somnole, mollement étendue sur des draps bouton d'or,
Je suis assaillie par toutes sortes de sons venant de dehors,
Des bruits diffus, mais qui s'amplifient dans le silence,
Alors je me prends au jeu et j'écoute cette conférence.

Je distingue les stridulations des grillons de ma campagne,
Dans le petit bois, les babils des oiseaux  s'élancent vers le ciel.
Un couple de tourterelles caracoule dans un jeu cérémoniel.
Un coucou plus loin, coucoule fort, appelant une compagne

Au loin sous les aboiements des chiens et les cris des chasseurs,
Un chevreuil affolé, brame âprement, tourmenté par la peur.
Comme pour lui répondre, des vaches meuglent énergiquement.
Soudain, tout s'arrête, je me suis endormie tout simplement.


23 juillet 2010                                                                   ad-tb

http://ageheureux.a.g.pic.centerblog.net/187d4f4e.jpg

http://ageheureux.a.g.pic.centerblog.net/187d4f4e.jpg

Repost 0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 08:45

Défi n°55  " Panne d'électricité.... "

 ( METTRE EN TITRE DE VOTRE ARTICLE POUR LA LISIBILITE)

 

Vous êtes plongé(e)

dans l'obscurité la plus complète

A vos plumes, A vos néons 

Ayez bon pied, bon oeil...

  Ecrivez.... à tâtons ...

 

laissez libre cours à votre imagination

toutes formes d'écriture acceptées


Postez votre texte pour

 Lundi 16 Mai à 8 heures

(programmez)

  COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

  n-nuphar2.jpg

 

et n'oubliez pas les Jeudis en poésie

le 12.05.2011 thème  " Vision(s), regard(s)"

   le 19.05.2011 thème " Oeil ou yeux "

 

 

 

 

tricotine-4 copie

 

Depuis deux jours un vent violent souffle dans notre région. Samedi le vent redouble de violence … Peu à peu la tempête se déchaine et s'accompagne d'une pluie torrentielle ... Nous voyons impuissant la toile du auvent de la caravane se soulever puis subitement se déchirer et enfin s'envoler chez le voisin … En toute hâte nous mettons à l'abris dans notre fourgon, toutes les affaires à présent sous la pluie ...

Dans nos cabanes où nous vivons depuis deux ans les cloisons de bois et les toitures bougent dangereusement … Pour tenter de remédier, nous remplissons 4 bidons 20 litres d'eau, que  nous suspendons promptement aux poutres principales, ils ont pour effet de minimiser l'effet "aile d'avion" à l'emprise des rafales de vent (aspiration du toit vers le haut)… Dehors le vent fait rage et sous la violence une vitre de notre caravane s'arrache et se brise sous notre voiture, plus rien à faire pour le moment, enlever tout ce qui craint l'eau et attendre la fin …

Dans la soirée, Nous n'avons plus d'électricité, avec les congélateurs et le chauffage électrique difficile, de plus nous n'avons plus de téléphone, sans courant notre box ne fonctionne plus. L'attente est longue, nous avons peur et je fond en larmes, qu'allons nous devenir si nos fragiles cabanes de jardin sont emportées … Nous avons un petit groupe électrogène, cela sauvera les victuailles, pour le chauffage, nous branchons des poêles à pétrole, j'ai la trouille au ventre, pensez donc ce genre de combustible dans des cabanes en bois. Quand à la cuisine ! Ayant une plaque électrique, nous avons employé un camping gaz. Pour la lumière les lampes à pétroles et les bougies donnent une ambiance d'antan  … La tempête se calme très lentement. Notre amie que je considère comme ma grande sœur est accourue pour nous épauler. Nous avons distrait le temps avec des jeux de société, des discussions à bâtons rompus, de grands silences d'appréhensions, le cœur n'y était pas vraiment …

Nous sommes restés ainsi sans courant 4 jours à se partager les groupes électrogènes entre voisins. Mardi le vent s'est enfin calmé, en fin d'après midi le courant nous est restitué par le biais d'un énorme groupe électrogène industriel EDF qui alimentera ainsi le quartier en attendant les réparations des lignes endommagées. Le lendemain les lignes téléphoniques fonctionnent à nouveau par intermittence, ce qui nous permet malgré tout, de rassurer nos familles …

Enfin nous faisons le bilan, une caravane à restaurer, 3 vitrages à remplacer. Les cabanes, les toits ont souffert, nous les renforceront avec des tôles.  Une des cabanes sera renforcée par un poteau central qui solidarisera le toit au plancher.


*"Tempête Klaus" du samedi 24 janvier 2009 à 10 heures

 2011 V 14                                                                                      atb-d 

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:45

le-defi à l'abordage

Défi n°53

MES DES ONT DISPARU

 

Voici une minuscule collection de dés,

rangés, tout petits et discrets,

sur le bord de mon vaisselier!

Grand mystère à Montussan:

l'enquête est ouverte, je vous la cède!

Amusez-vous avec mes dés, ou cousez avec les vôtres,

faites ce que vous voulez, les dés sont jetés!

 

A poster sur vos blogs le LUNDI 18 AVRIL A 8H00

 

P1110510.JPG

Voici ma participation, je ma suis bien amusée, merci M'Annette

 

 

Les dés de M'Annette

 

 

M'Annette possédait une minuscule collections de dés

Tout petits et discrets, rangés sur le bord de son vaisselier

Mais après des fêtes, surprise, elle ne retrouve plus ses dés

Affolement dans les rangs ! Se seraient-ils carapatés ?

Où les auraient-on subtilisés ? C'est un grand mystère !

À Montussan, par la famille,  une enquête est ouverte …

 

Intriguée par cette étrange disparition,

Je suis immédiatement partie en mission.

 

Pour ce faire, je me suis faite accompagner

Par ma fidèle amie dont le flair aiguisé

N'est vraiment plus à contester, c'est confirmé

La belle à quatre pattes, l'a souvent prouvé.

 

Notre enquête commence donc, à Montussan

Vivement nous remontons une étrange filière

Nous relevant des témoignages compatissants

Qui nous font emprunter des routes buissonnières.

 

Et nous voilà, très concentrées toutes les deux,

Elle, le nez au ras du sol, à flairer, cherche les dés

Moi, mon calepin en main, avec soin, à noter

Tous les éléments de ce parcours aventureux.

 

Quand soudain ! au petit matin blêmissant

Nous parvenons dans une petite chaumière

Et là, déposés sur le miroir, en pleine lumière

Nous retrouvions les dés, ils était à Lussan.

 

14 IV 2011                             A.T.B-D

 

 

2011-IV-14---0543-les-des-da-M-Annette.JPG

Repost 0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 07:45

Défi n° 42 :lancé par Lyly Jane


le-defi.jpg 

Le portrait de mon maître ou de ma maîtresse : On dit souvent des animaux de compagnie qu'il ne leur manque que la parole... Pour ce défi, laissons-les s'exprimer et dépeindre leur quotidien, en dressant le portrait de leur maître ou maîtresse adoré(e). (Ne mettez surtout pas de côté vos petits travers )

 

Texte réel ou fictif, la forme est à votre convenance. Alors à vos plumes ! Amusez-vous bien !

Postez votre texte le lundi 15 novembre à 8 heures (programmez) dans la  communauté  "Croqueurs de Mots

 

Ma chienne de vie de chienne !!! 

 

Bonjour, je me nomme Elfy, Elle m'appelle sa poupée

Je suis d'une race un quelque peu étrange

Ma maman est une séduisante York argentée

Mon papa un Ratier banal, curieux mélange

 

Avec Minette et Papounet ma vie n'est pas compliquée,

Je surveille les repas , on sait jamais ce qui pourrait tomber.

Sous l'œil réprobateur de Minette, qui prends garde à ma santé,

Papounet me donne des gâteries, du fromage, du pain trempé.

Oui ! je sais bien, il ne m'en faut pas, mais c'est délicieux

Là je sais que, si je fais la "belle", Papounet succombe mieux

 

Pendant que Minette vaque à ses nombreuses occupations,

Je prends ma balle chérie et je vais solliciter Papounet.

Ce coquin me la lance loin, dans la pente du terrain,

Au bout de 4 parcours, je perd mon souffle, mon entrain.

Je retourne auprès de Minette, pour un câlin effusion.

À peine mes esprits repris, je repars vers mon Papounet.

 

Ah ! Les courses ! Super ! C'est décidé, je suis de la partie !

Dans la plupart des magasins, dans le chariot, bien calée,

Je surveille les achats et reçois de nombreuses caresses, na !

Bien entendu pour les courses alimentaires, c'est interdit,

Je reste alors dans la voiture, attention je dors, ne pas réveiller.

Moi une gardienne ! Mes maitres ne m'ont pas appris cela.

 

J'aimerais bien aboyer après les papillons ou le facteur,

Mais ça c'est interdit. Ah ! Non ! Papounet ne veux pas.

Sinon j'ai droit au collier ouah-ouah, ça pique, j'aime pas.

Avec Papounet, je tire sur les 3 mètres de laisse à enrouleur,

Mais avec minette, je reste près d'elle, bien sagement,

Il ne faut pas la faire tomber, ce serait très embêtant.

 

Ah ! j'oubliais de parler de mon dur travail de nuit

Papounet bouge trop, Minette me laisse un coin de lit

Je me calle confortablement dans le creux de ses reins

Et il parait que cela lui fait beaucoup de bien.

 

14 XI 2010                                                                                 atb-d

 Copyright ©  2010 = Annick Dugourd-Tonanti = "Mirages" = Tous droits réservés


 2010 VIII 10 - 0351

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 07:45

Défi n°40

Pour cette quinzaine Harmonie prend la barre des CROQUEURS DE MOTS

 

le-defi.jpg

 

  Elle nous invite à décrire l'instant "juste avant".

  Forme libre, prose, poème en vers et toutes formes d’expression qui vous plaira !
  Programmez votre article pour Lundi 18 octobre à 8 heures
dans la  communauté  "Croqueurs de Mots"

Pour une lecture plus facile des défis au milieu des autres textes Merci d’intégrer dans votre titre « Juste avant".

 

Voici donc ma participation :

 

Juste avant ...


19 heures, Il est pressé …

 

Vite, vite, il doit aller chercher ses frères,

Pour fêter ensembles trois anniversaires.

Un dernier bisou à sa grande sœur,

Vite, vite, … il n'est pas à l'heure ...

 

Ce matin, sa sœur l'a tiré du lit :

— Allez ! à la douche gros fainéant.

Il se prépare, pantalon avec le pli,

Chemise repassée fraichement.

Chaque année c'est le même rituel,

Un rendez-vous devenu ponctuel.

 

Ils sont trois bons copains, à être nés

Dans les premiers jours du printemps.

Il met la touche finale aux petits paquets,

Pour Gaëlle et Romain, un petit présent.

 

Autour d'une tasse de café, après un gentil petit repas,

Sandrine romps tout à coup, un court instant de silence :

— Dis moi petit frère, qu'est-ce que ça te fait d'avoir 28 ans

--- Tu vois, je ne pensais vraiment pas arriver jusque là !

 

Dans la maisonnée, c'est l'euphorie;

Les discussions animées vont bon train;

Des souvenirs qui défilent, des clowneries

La bonne humeur a surpassé le quotidien

 

L'après midi s'écoule ainsi, parmi les éclats de rires.

Mais bien vite l'heure tourne, il faut songer à partir

Rejoindre les copains chez Gaëlle, à 60 kilomètres

Avec petit détours pour prendre ses frères chez l'ancêtre*

 

Il démarre en trombe, court chercher Romain,

C'est tout joyeux, que partent, les deux copains.

Il prend la route de Caraman, écrase le champignon,

En haut d'une cote, un obstacle, éviter la collision …

 

Coups de volant … dérapage … un peuplier …

 

12 X 2010 atb-d

* chez leur mère


 Copyright ©  2010 - Dugourd-Tonanti - "Mirages" - Tous droits réservés

http://bullies.b.u.pic.centerblog.net/f7d26416.gif

 

Repost 0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:00

Je suis dans une grande maison, entourée de tous les miens. Quand je dis, tous les miens, façon de parler, c'est un curieux mélange d'hier et aujourd'hui.

Un harmonieux cercle où se croisent tous mes enfants, dans leur jeune âge et mon compagnon d'aujourd'hui, du père ? Nulle trace. Singulier et déroutant !

La vie s'écoule, douce, dans la joie et la bonne humeur, le calme. Cependant, un seul personnage se décroche du tableau : Sébastien*. Pourquoi lui ? Étonnant !

Ce que j'accomplis à présent, là, fait partie de la vie courante. Une course à faire, je prends mes clés et grimpe dans ma voiture, Sébastien m'emboite le pas, mais glisse dans une flaque de boue, et s'étale à plat ventre, sous un fou rire général et me rejoint dans la voiture.

Là … Pause ... Je m'éveille … Oh ! Non ! … Je veux poursuivre, c'est si doux, je veux retrouver Sébastien ! … Je me rendors …

Je le rejoins, mais là, nous sommes tous les deux dans une cours, bavardant paisiblement assis sur un banc de pierre. La nature autour de nous chante, un bien être indicible m'envahis, je suis exaltée et paisible.

À nouveau, je m'éveille … Non … Je veux le retrouver … Encore un peu … Je recherche ce sommeil, mais n'y parviens pas … Déçue, je me lève .

En avalant mon petit déjeuner, je suis pensive. Pourquoi ? … Est-ce un signe … Un coucou d' un être aimé ... Le message d'un ailleurs … Une vision éphémère …

En tout cas une paix intérieure, l'impression étrange d'avoir pu communiquer avec Sébastien.

 

1er X 2010 atb-d

 http://bullies.b.u.pic.centerblog.net/6ef7aab0.gif

*Sébastien nous a quitté, le 16 mars 2002, mais ce coquin, vient parfois me retrouver dans mon sommeil. Singulier !

 

 Copyright ©  2010 - Dugourd-Tonanti - "Mirages" - Tous droits réservés

Repost 0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 08:45

 

a l'abordage

 

 

 

 

Cette semaine c'est  Olivier de Vaux, qui nous défie :

http://olivierdevaux.over-blog.com/article-defi-n-39-a-l-abordage-57653196.html

Vous êtes pris d'une incoercible envie de faire pipi à un moment fort inopportun : racontez, mais sans faire usage de mots contenant la lettre i .

  Comme d'habitude, vous êtes priés de programmer la publication de votre texte ; il apparaîtra ainsi sur votre blog pour le lundi 4 octobre à 8 heures.

Prise au jeu, voisci ma participation

 

 

Un appel pressant

 

L'eau est une des sources de la santé, alors nous recommande-t-on à longueur d'année : "Buvez, rejetez". Certes, en revanche ce n'est pas toujours commode.

Un jour, toujours ma gourde dans mon sac, en course dans une grande surface de second œuvre , je cherche, de gondole en gondole, désespérément une défonceuse pour mes travaux. Poseuse de meubles ménagers, très au courant de ce que je veux, j'appelle un vendeur. Un employé se met en quatre pour me vanter l'élément correspondant à mes taches. Là, Dame nature me pousse, je commence sévèrement à me trémousser, un fort commandement de me soulager, me prend. Comment demander à ce charmant homme, que l'on est tenu d'écourter d'urgence ses arguments pour calmer mon bas ventre. Quand, tout à coup, un emmerdeur, "genre macho" et sans gène, sous prétexte que l'on est une femme, que de commenter la chose est nulle, nous coupe la parole. Ce hasard juste à propos, me permet de m'échapper d'urgence vers les lavabos. Ouf ! Ce fut très juste, quelques secondes de plus, et là … la cata ...

30 IX 2010                                                                            atb-d

 

 

 Copyright ©  20 - Dugourd-Tonanti - "Mirages" - Tous droits réservés

Francianipat-019-30-XI-2007Poncage-des-caissons-sous-lit.JPG

 


Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Le Monde Libre de FranciAniPat.over-blog.com
  • Le Monde Libre de FranciAniPat.over-blog.com
  • : Retraitée et mariée, j'aime les loisirs créatifs, je suis une crucifiliste et je réalise des représentations sur verre, je préfère la variété française, JE NE SUPPORTE PAS LES MENSONGES, LA MÉDISANCE ET L'HYPOCRISIE.
  • Contact

Profil

  • Tit'Anik
  • On m'appèle Tit'Anik, joli surnom donné par ma toute petite nièce et repris en gentille moquerie par les grands. Je change cette année le chiffre des dizaines. ou ! la ! la ! Me voilà sénior
  • On m'appèle Tit'Anik, joli surnom donné par ma toute petite nièce et repris en gentille moquerie par les grands. Je change cette année le chiffre des dizaines. ou ! la ! la ! Me voilà sénior

Compteur de Fleurs

 

Le 400ème Fleur à été déposé par Mamie Danie

Merci de votre amitié

 

Aujourd'hui

628 Fleurs 


Recherche